TRANSPORT & LOGISTIQUE: CHRONIQUE D’UNE SUCCÈS STORY, BILAN & PERSPECTIVES

TRANSPORT & LOGISTIQUE: CHRONIQUE D’UNE SUCCES STORY, BILAN & PERSPECTIVES

EcoActu

Depuis le début de la dernière décennie, le Maroc a lancé une politique de mise en œuvre de grandes stratégies sectorielles visant à améliorer l’infrastructure économique du pays. Pour accompagner ces grands projets stratégiques, le royaume a positionné le secteur de la logistique au cœur de son économie.

 A cet effet, la stratégie logistique nationale a été lancée en 2010 pour créer une réelle dynamique de développement structurelle du secteur, notamment à travers la mise en place d’un réseau national de zones logistiques et de plans d’actions sectoriels d’optimisation des flux logistiques.

Cette stratégie a été accompagnée par un plan de formation touchant 61.000 personnes en 2015 et 173.000 personnes tout le long de son développement. Cette politique d’employabilité dans un secteur à valeur ajoutée a fortement contribué à réduire les écarts sociaux et à renforcer la classe moyenne. Le Maroc a également mis en place des instances dédiées (Agence Marocaine de Développement Logistique et l’Observatoire Marocain de Compétitivité Logistique) dans une logique de gouvernance et de performance du secteur.

Le port de Tanger Med a aussi contribué de façon importante au développement de l’attractivité logistique du Royaume. Après son ouverture en juillet 2007, le débit de fret pour ce port a augmenté de manière significative. Il est d’ailleurs estimé que la part de transbordements dans le débit total de fret au niveau du port Tanger Med augmentera dans les années à venir par rapport à la situation actuelle d’environ 30%. Dans le futur, Tanger Med continuera son expansion et se positionnera comme l’un des plus grands ports dans le continent africain et dans le monde.

Grâce aux différents projets déployés dans le cadre de cette stratégie, le Maroc, qui ne disposait que de 80 hectares de plateformes logistiques modernes, totalise aujourd’hui près de 600 hectares à Tanger, Casablanca et plusieurs autres régions. Au cours de la période 2010-2015, le taux de croissance du chiffre d’affaires annuel de ce secteur (5.2%) a dépassé celui de la moyenne nationale (3.9%) pour atteindre 21 milliards de dirhams. La réussite de cette stratégie a également impacté positivement le pouvoir d’achat des citoyens à travers la rationalisation des procédures d’importations des produits de consommation de base.

Mais à quoi ressemblera le secteur de la logistique dans dix ans ?  L’avenir de la logistique est pavé d’innovation et de technologie. Il n’y a pas si longtemps, des idées comme l’impression 3D, l’Internet des objets, la livraison de drones et la réalité augmentée relevaient de la science-fiction. Aujourd’hui, l’industrie adopte massivement ces technologies pour offrir des services plus rapides, moins coûteux, plus fiables et plus durables pour répondre aux différents besoins de ses clients et collaborateurs.

Avec les possibilités de l’intelligence artificielle, la future logistique promet d’être complètement autonome et auto-orchestrée. Une flotte de camions utilisant un algorithme d’essaim pourrait augmenter le débit dans les entrepôts de fret; un registre de confiance peer-to-peer sur l’architecture blockchain pourrait révolutionner le sens de la conformité dans l’industrie, et une foule de dispositifs et de robots mobiles, ainsi que les approches du machine learning, pourraient rapidement accélérer massivement le rythme du développement de l’industrie logistique. De plus, les plateformes de l’Internet des Objets pour le courtage électronique pourraient relier les fournisseurs et les clients aux transporteurs en un seul clic.

Dans le sens de ces évolutions, le Maroc devra mettre en place les mesures économiques et réglementaires nécessaires pour maintenir le rythme de croissance et d’évolution du secteur. Il est surtout recommandé de transformer et d’accompagner la formation continue des ingénieurs et des professionnels de la logistique afin de favoriser l’innovation technologique. L’ensemble de la chaîne logistique doit être repensée afin d’accroître continuellement la compétitivité logistique du Royaume. Le développement adapté du secteur contribuera davantage à la création de nouveaux emplois, qualifiés et à forte valeur ajoutée.

Par Mohamed Didouch, PDG du groupe SJL

Paru sur ECO ACTU, Le 02/01/2020

TRANSPORT & LOGISTIQUE: CHRONIQUE D’UNE SUCCES STORY, BILAN & PERSPECTIVES